Accueil et premières impressions

Enfin arrivés !

Le chef d’Alice, Ross, et sa femme, Caroline, sont venus nous chercher à l’aéroport et nous ont déposé au motel où on a une chouette chambre, assez grande, avec un espace cuisine (et ils nous avaient acheté quelques trucs à manger ; du pain de mie, des rice crackers, du houmous, quelques kiwis,…).

Le vendredi Alice est allée faire un tour à son boulot voir son bureau mais il n’y avait pas grand monde car il y avait eu un évènement la veille (une fête ? On n’a pas bien compris). Et on s’est baladé un peu en ville avant de retrouver Ross et Caroline, qui nous ont promené en voiture. Il nous ont montré les différents quartiers de la ville en commentant à chaque fois pour qu’on sache un peu plus où chercher une maison. On est monté à Signal Hill, une colline qui domine la ville de laquelle on faisait un feu pour signaler l’arriver de bateaux au port. Et enfin ils nous ont invité à manger chez eux (enfin on a pris de la nourriture à emporter chez un indien qu’on a mangée chez eux. On a mangé autour d’une table mais ça n’avait pas vraiment l’air dans leurs habitudes).

Le premier weekend a été un peu difficile. On était fatigué du voyage et on s’était peut-être un peu monté la tête : tout le monde nous parlait des paysages incroyables de Nouvelle-Zélande, alors que le seul bout de campagne qu’on a vu entre l’aéroport et la ville était très commun : des prairies vertes avec des moutons. On a trouvé la ville assez petite, et surtout il faisait froid !

Après on le savait, les gens établis à Dunedin avec qui on avait Skypé nous avaient prévenu : « Dunedin c’est un peu le Lille local, une ville très étudiante, mais pas si grande que ça (beaucoup moins que Lille), et très au nord sud, avec un temps pourri ».

On est arrivé le lendemain des derniers partiels des étudiants, maintenant c’est les grandes vacances. On ne voit que les traces de leur dernière année d’étude sur les maisons autour de nous. Toutes les maisons du centre ville, autour de l’université, sont totalement ruinées, les fenêtres sont cassées, les jardins débordent de canettes de bière,… On voit les propriétaires qui s’affairent de partout pour les réparer afin de les relouer à la rentrée. Avec ça et les différents échos qu’on a eus, il nous semble que la vie étudiante à l’air assez animée ici.

Finalement, en se baladant, on apprécie de plus en plus la ville. Alors oui c’est pas grand, mais y a quand même pas mal de boutiques dans le centre, on peut trouver à peu près tout ce que l’on veut. Il y a quelques jolis bâtiments de l’époque victorienne. Et quant à la nature, on est allé faire un petit tour (en transport en commun) à Port Chalmers, le port de la ville qui est plus en aval dans la péninsule. En y regardant bien, tout est un peu différent, : il y a beaucoup de fleurs qu’on n’a pas en France, c’est super joli… mais on a oublié d’emporter notre appareil photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *